Retour aux blogs
Blank
Partager cet article

Entretien avec Jonathan Price, directeur de l'exploitation de Resource Group.

  • Publish Date: Posté Il y a environ 2 ans

​Lorsque la pandémie a frappé, le secteur de l'aviation a été paralysé, ce qui a entraîné la perte d'emplois pour de nombreuses personnes, la fermeture des frontières de certains pays, le stationnement ou le stockage d'avions sur les pistes et la mise à la retraite anticipée de certains pilotes. Nous avons donc pensé qu'il était temps de faire plus ample connaissance avec notre directeur des opérations, Jonathan Price.

Vous avez toujours voulu travailler dans l'industrie aéronautique ?

Non, je ne l'étais pas. J'ai passé les premières années de ma vie professionnelle dans l'hôtellerie alpine et les services immobiliers. J'ai étudié la gestion d'entreprise et j'étais surtout intéressé par les principes fondamentaux du commerce et, en particulier, par le processus de vente et de marketing. Dans les petites entreprises que j'ai dirigées, j'ai eu la chance d'acquérir très tôt une expérience cruciale de l'importance d'une attention soutenue et aiguë pour un marché cible et la qualité du service sous-jacent. J'ai appris que ces deux ingrédients permettent normalement à une organisation de tirer parti de la spécialisation et d'une expérience client supérieure pour établir des relations et des rendements financiers à long terme.

Il est assez amusant de constater que dans de nombreux domaines de l'aviation, et dans le recrutement et la formation en général, il existe un certain nombre de compétences facilement transférables du monde de l'hôtellerie. Tous deux sont axés sur les relations, l'expérience du consommateur et la qualité du résultat. En outre, du point de vue des loisirs et de la récréation, notamment dans le cadre de notre activité de transport aérien et d'aviation privée, les points de contact sont encore plus nombreux.

Comme c'est le cas pour beaucoup de personnes qui travaillent dans ce secteur, une fois que vous êtes "dedans", il est difficile d'imaginer travailler dans un autre domaine. Le secteur est tellement dynamique, intéressant sur le plan technologique et inextricablement lié au progrès économique, social et mondial qu'il est difficile de ne pas être attiré par lui.

Pouvez-vous me parler un peu de votre parcours dans l'entreprise et de votre rôle actuel ?

Lorsque j'ai rejoint l'entreprise suisse en 2009, je me suis concentré sur la mise en place et le réaménagement de certaines lignes de services de recrutement, en particulier dans le domaine de la maintenance technique, de la réparation et de la révision d'avions. Notre présence et notre spécialité dans le sous-secteur de l'aviation d'affaires/VIP m'ont permis de développer ma compréhension technique des avions et du secteur, et d'établir un réseau dans ce qui est vraiment le "petit monde" de l'aviation.

J'ai obtenu de nouveaux comptes en Suisse, en Espagne, en France, en Allemagne, en Europe de l'Est, en Afrique et en Asie et, après une courbe d'apprentissage initiale abrupte, j'ai progressivement développé mes connaissances des types d'avions, des chaînes d'approvisionnement et du secteur dans son ensemble. L'une des raisons pour lesquelles je ne me lasse pas de l'aviation est que l'on ne cesse jamais d'apprendre.

J'ai occupé divers postes commerciaux, puis opérationnels, avant de réussir le rachat par la direction, mi-2017, des activités qui composent aujourd'hui le groupe. Avec Stephan et Ian, je contribue à diriger l'entreprise non seulement en tant qu'employé mais aussi en tant qu'actionnaire.

Les deux dernières années ont été assez torrides pour le secteur de l'aviation, comment l'entreprise a-t-elle traversé cette période difficile ?

Le Groupe a dû s'adapter de manière significative et de multiples façons en réponse à la pandémie. Nous avons dû réduire nos capacités et nous assurer que l'organisation était aussi légère que possible, tout en conservant la force et la profondeur nécessaires pour répondre aux besoins de nos clients et continuer à obtenir les contrats disponibles. Outre les ajustements de forme et de taille, nous avons dû nous adapter rapidement aux conditions du marché, aux restrictions régionales et nationales et aux mesures liées au coronavirus. Nos méthodes de prestation se sont adaptées en conséquence - que ce soit dans le contexte de la formation en face à face ou de la fourniture de personnel temporaire, les protocoles et les aspects pratiques de presque toutes les lignes de service ont été affectés à un moment ou à un autre par la situation mondiale.

Certaines innovations importantes ont été accélérées à la suite de la pandémie. Nos solutions d'apprentissage à distance ont mûri pour inclure l'enseignement par liaison vidéo, par exemple - ce qui, à certains égards, a apporté flexibilité et commodité à nos apprenants à un moment où l'amélioration des compétences et des qualifications était très demandée en raison des temps d'arrêt subis par de nombreux travailleurs de l'industrie aéronautique.

La demande pour nos autres produits numériques tels que l'apprentissage en ligne et la conception d'apprentissage a également été constante. Nous avons constaté un appétit croissant pour l'apprentissage déployé, qui nous permet de dispenser un enseignement pratique sur les sites de nos clients. Ces tendances devraient perdurer sur le long terme.

L'étendue de notre présence dans les sous-secteurs nous a également aidés à relever les défis des 24 derniers mois. Nous nous concentrons exclusivement sur l'aviation en tant que secteur, mais à l'intérieur de celui-ci, nous ne sommes pas seulement actifs dans l'aviation commerciale/ligne aérienne, mais aussi profondément impliqués dans l'aviation d'affaires, l'aviation militaire, le fret et la production. Certains domaines n'ont pratiquement pas été touchés et d'autres ont même connu une croissance modeste. Cette répartition de l'offre de services du Groupe, associée à la répartition des secteurs verticaux auxquels nous nous adressons, a été une caractéristique clé de notre stratégie au fil des ans et, dans le contexte de la pandémie, elle a porté ses fruits.

Comment voyez-vous la reprise post-Covid se poursuivre et y a-t-il maintenant de la lumière au bout du tunnel ?

La question de la variante et l'impact qui en résulte sur les restrictions et, par conséquent, sur la courbe de reprise, ont constitué un défi majeur l'année dernière et restent un obstacle potentiel à une reprise soutenue au premier trimestre 2022. Cependant, avant la dernière vague de restrictions européennes, nous avons assisté à une véritable " préparation " des compagnies aériennes de loisirs pour un printemps/été 2022 chargé. Ce créneau est vraiment à la merci des gouvernements nationaux à cet égard et seul le temps dira quand les besoins de la société en matière de voyages d'affaires, de loisirs et de famille seront équilibrés avec la nécessité de contrôler la menace potentielle de nouvelles variantes du coronavirus. Nous faisons preuve d'un optimisme prudent quant à une augmentation significative des voyages d'agrément au cours de l'été 2022 et espérons qu'avec la vaccination généralisée et les nouveaux protocoles de voyage mis en place et éprouvés, cette perspective est désormais réaliste.

Mis à part le redressement des compagnies aériennes, notre activité consiste à créer et à fournir des compétences pour soutenir le secteur dans son ensemble. C'est la valeur que nous apportons et, en termes de compétences que nous fournissons et créons, il y a certainement un avenir brillant. La pandémie, par le biais des retraites anticipées, du personnel quittant le secteur et du manque de nouveaux talents entrant dans l'industrie, a amplifié la situation déjà critique concernant la pénurie de compétences dans l'aviation - que ce soit dans le cockpit ou au sol. Nous ne voyons qu'une opportunité pour notre Groupe dans les années à venir, celle de garantir à nos clients une qualité et une quantité suffisantes de personnes qualifiées.

Un exemple de ceci est la demande que nous voyons déjà pour la formation d'apprentis en prévision du travail à faire dans les années à venir et c'est notre privilège d'introduire les jeunes dans le secteur et de pouvoir leur promettre un avenir brillant et prospère avec nos clients qui partagent notre vision et notre optimisme.

En ce qui concerne l'avenir de l'entreprise, voyez-vous un effet durable de Covid sur les normes opérationnelles et la culture d'entreprise ?

De toute évidence, les implications pratiques de la pandémie pour les individus et les entreprises sont, à un certain niveau, là pour rester. Nous avons constaté que la flexibilité des modèles de travail et des lieux de travail fonctionne bien dans une certaine mesure et nous en avons adopté certains aspects pour permettre à notre personnel de bénéficier d'une plus grande flexibilité lorsque cela est possible.

Au-delà des considérations pratiques, je pense que l'impact culturel sur l'entreprise est un aspect intéressant de la situation. Je pense que les individus ont fait le point sur leur vie dans son ensemble et ont, à différents moments de la pandémie, eu le temps ou l'opportunité de vivre selon des priorités légèrement différentes. Je suis très fier que l'entreprise ait réussi, malgré les défis pratiques de la distance et de la séparation, à traverser la pandémie avec un sens renouvelé de la communauté et de l'unité - c'est probablement la réalisation la plus importante de ces deux dernières années et les bases profondes de cette communauté perdureront dans les années à venir.